La diffusion de vidéos sur ce site n'est pas payante, Si vous souhaitez envoyer un clip inscrivez-vous et ajouter vos liens.

Populaires Les Articles

  • A L'INSTINCT album sorti le 09 Mars 2018

    Naps,

     de son vrai prénom Nabil, jeune rappeur marseillais et qui a déjà 15 ans de Rap et de sons derrière lui, il explique que l’idée lui est venue tout à coup lorsqu’il remarque son frère choisit un texte de Rap pour rédiger un texte de français pour une poésie. Alors Naps s’est mis à écrire ses propres textes très vite et très tôt.

     

    France 3 lui a consacré un sujet dans son journal :

    Il explique que A L'INSTINCT est une manière pour eux dans les quartiers de dire « ça c’est du bon ». ‘Par exemple lui c'est un gros joueur de football, il a de la frappe, eh bien c'est le p A L'INSTINCT de football’

    Naps prend plaisir d’être connu, pour son prochain album il espère dire moins de gros mots et véhiculer de meilleurs messages.

    Son prochain album devrait sortir le 9mars 

    Continuer
  • dai zo nous dévoilent sont feat avec prodigy

    PRODIGY  est une figure emblématique du hiphop des années 1990, il a collaboré avec les pionniers du mouvement tels que Notorious B.I.G. et P. Diddy. En effet, ce dernier a fait entrer Craig Mack au sein de Bad Boys Records quatre ans après le début de sa carrière, en 1992, et sera l’auteur du premier album produit par le label. Il sera par la suite considéré comme un des “vétérans” du hiphop de la côte est. daizo nous dévoilent sont teaser de sont clips qui sort aujourd’hui a 18h   ;  extrais du teaser :    https://youtu.be/XkviZ0ARMzQ

     

    Continuer
  • Le Lieu culturel

    Section Lieu culturel de l'association Rions de Soleil

    Définition et règlement

     

     

    Préambule

    Aucunes discriminations, propos racistes, sexistes, violences verbales, physiques et morales ne sont tolérés.

     

    Généralités

    Ce lieu est un espace collectif autogéré qui a pour but d'organiser et proposer des événements culturels ouverts à tout-e-s.

     

    Il a pour vocation principale de favoriser l'intégration de la culture dans la vie quotidienne :

    * en créant un lieu en rupture avec les espaces institutionnels et marchands de la culture et de l'art,

    * en créant un lieu d'invention de nouvelles formes sociales.

    * en étant accessible à tout-e-s, sans discrimination

     

    Cet espace est ouvert à tout-es et à disposition de tout-e-s,

    Chacun-e a la possibilité de s'investir dans le lieu, d'y participer et d'organiser des ateliers ou événements dans le respect de son éthique, son histoire et ses participants.

    :

    Ce lieu est un espace non marchand qui pratique le prix libre pour toutes les activités en son sein. Il pourra être fait mention de prix indicatif. Le lieu est ouvert à toutes activités extérieures, à toutes propositions d'individus ou de collectifs.

     

    Une assemblée est tenue chaque mois afin d'acter les activités, la trésorerie, le planning et pour accueillir les nouveaux et nouvelles.

     

    Le lieu se refuse d'employer un-e salarié-e.

     

    Organisation du Lieu

    Dans une volonté d'autogestion et d'horizontalité, le lieu fonctionne avec ces différentes entités :

    * l'Assemblée du lieu

    * Commission planning

    * Commission administrative

    * Commission budget

    * Commission logistique

     

     

     

    L'assemblée du lieu

     

    L'Assemblée du lieu ouverte à tout-e-s les responsables d'ateliers, leurs participants et nouveaux arrivants se tient une fois par mois.

    Elle coordonne le lieu, le programme, les événements et garantie le fonctionnement horizontal.

     

    Celle-ci est publique et dure un temps limité (2h ou 3h).C'est un espace de débat. Si une question de fond ou un débat ne sont pas réglés lors de l'Assemblée, un ou d'autres temps sont pris pour en discuter.

    Les décisions sont actées par un consensus. Le consensus n'est pas un vote mais un accord des volontés sans opposition formelle.

    Avant chaque décision, un temps déterminé est aménagé pour laisser la place aux échanges, questions et oppositions éventuelles. En l’absence de consensus, un temps collectif est prévu en dehors de l’Assemblée mensuelle afin de discuter de cette question et éventuellement d’une nouvelle proposition

     

    Une proposition d'organisation d'assemblée est la suivante :

    * Désignation du secrétaire et animateur de séance

    * Ordre du jour

    * Bilan des activités

    * Bilan des commissions

    * Nouvelles propositions

    * Rotation des commissions

    * Débat, résolution des litiges...

     

     

    L'assemblée traite des questions de fond. Chaque commission est autonome et responsable sur les questions pratiques après accord de l’Assemblée.

     

    Les commissions

     

    Une commission logistique s'occupe de gérer l’accès au lieu et matériel : éventuelles réparations, entretien, prêt de matériel. Elle veille au respect du lieu par la signature d’une charte et convention.

    Elle peut suggérer aux utilisateurs/trices de faire le ménage.

     

    Une commission administrative s'occupe des statuts, gère le cadre légal, prépare les assemblées et le secrétariat courant. Elle rédige aussi les dossiers de subventions. Elle fait le lien avec Rions de Soleil, la Fondation de France et les institutions publiques. Toutes questions à mettre à l'ordre du jour sont transmises une semaine avant l'Assemblée.

     

    Une commission budget gère les aspects administratifs de la trésorerie : factures, compte bancaire... . Elle veille à la transparence comptable financière du lieu.

     

    Une commission planning gère le calendrier des ateliers et les propositions faites au lieu. Elle est le premier intermédiaire avec les nouveaux et nouvelles arrivant-e-s.

    Elle explique le fonctionnement du lieu et rédige un document afin de présenter le lieu et l’organisation des ateliers.

     

    D’autres commissions peuvent être créées et mandatées pour résoudre des points et aspects précis du lieu.

     

    Les devoirs des commissions

    La transparence des actions entreprises par la commission est assurée par la rédaction et la lecture d'un compte rendu à l'assemblée.

    Les commissions renouvellent leurs membres régulièrement afin de responsabiliser tout le monde et de partager les savoirs. Proposition de 6 mois/un an ?

    Elles ont leur propre fonctionnement interne et veillent à sa transmission par la présence de documents écrits (compte rendus, règlement interne de fonctionnement…)

     

     

    Répartition des réunions sur l'année

     

    1fois/mois Assemblée du lieu

    Commission administrative

    Commission budget

    CA de Rions de soleil

    Commission logistique

    Commission planning

     

     

    Autonomie

    L’Assemblée Générale et le conseil d’administration de Rions donnent mandat à sa section lieu culturel pour fonctionner sur un mode autonome dont le présent règlement défini les règles.

     

    Les décisions, programmes et orientations de la section sont autonomes et souveraines.

    Elle bénéficie d’une autonomie financière assurée par les revenus générés par les différents événements et ateliers et la part de subvention versée à Rions de Soleil affectée au lieu culturel. Elle fournit un prévisionnel de ses activités à l’association et gère son budget. Ses comptes doivent être validés par l’AG de Rions et sont intégrés au budget général de l’association.

     

    Les valeurs prônées par la section lieu culturel (il faudra développer, mettre à jour et préciser ces valeurs) peuvent différer de celles de Rions de Soleil. Elles pourront s'exprimer librement dans la limite de compatibilité entre les deux structures.

    Le CA de Rions et le collectif administrant la section lieu culturel demeurent les garants de cette compatibilité. En cas de dysfonctionnement ou désaccord avéré entre les deux structures, une des deux parties peut convoquer une Assemblée Générale extraordinaire chargée de statuer sur la situation.

     

    Le lieu se réserve la possibilité de se séparer de l’association Rions de soleil par autonomie juridique en récupérant sa trésorerie et ses biens matériels à conditions que ses comptes soient positifs.

     

    Budget et biens (liste de ces biens jointe en annexe)

    La section lieu culturel a une comptabilité spécifique et indépendante. Ses ressources sont issues des revenus générés par les événements et les ateliers et la part des subventions liées au lieu culturel que perçoivent Rions de Soleil.

    Tous les revenus du lieu proviennent du prix libre.

    La section lieu culturel est libre d'effectuer les investissements nécessaires à son fonctionnement dans la limite des fonds disponibles sur son compte courant.

    Tout investissement nécessitant un crédit ou un emprunt devra être validé par le CA de l'association Rions de Soleil.

    Les comptes de la section lieu culturel sont régulièrement transmis au trésorier de l'association et peuvent être consultés à tout moment par la commission finances ou n’importe quel membre de l’association et du collectif.

    Les différents biens acquis par la section lieu culturel sont propriétés de la section et entrent dans le bilan de l'association Rions de soleil. Ceux-ci dans le cadre d’une convention de prêt peuvent être mis à disposition de Rions de Soleil. La section lieu culturel en dispose librement, en assure l'entretien et l'amortissement.

    La section lieu culturel assure la location et le paiement du lieu culturel.

     

    Gestion financière

     

    La commission budget veille à l'application du fonctionnement suivant :

     

    Prix libre

     

    Le lieu fonctionne par adhésions (voir feuille explicative sur le cadre légal) après lecture et acceptation de la charte. Chacun-e donne en fonction de ses moyens ou envies. Il revient aux responsables d'ateliers ou organisateurs/trices d’événements d'expliquer le coût de revient de l’activité.

    Par exemple, lors de concerts un coût de revient est affiché et explicité. Puis à partir de

    23h/minuit les boissons ne sont plus servies tant que les dépenses ne sont pas comblées.

     

    Une urne fermant à clef est scellée quelque part dans le lieu. Elle sert à mettre les sous récoltées en liquide lors des ateliers ou bien les dons. Seule la commission budget est apte à gérer cette urne.

     

    Fond de roulement

     

    Le lieu, pour assurer sa pérennité, se dote d'un fonds de roulement de 10 000 euros. Il correspond au paiement de quelques mois de loyer et avancement de matériel pour les ateliers, ainsi que les charges itinérantes au lieu. Il sera affiné avec le temps.

    La commission budget et administrative se chargent d'assurer cette pérennité financière par la gestion quotidienne des rentrées d'argent, la demande de subventions... .

     

    Un compte bancaire est créé à ces fins.

     

    Établissement des comptes

    L'ordre de distribution de l'argent est le suivant :

    1. Remettre le fonds de roulement à son niveau de base, soit 10 000 euros sur le compte bancaire

    2. L'excédent (s'il y en a), est ensuite réparti de la manière suivante

    3. rémunération des responsables d'ateliers dont les ateliers ont été bénéficiaires Rappel : il faut que le ou la responsable ait demandé à l'avance sa rémunération à l'Assemblée du lieu. Ce point sera systématiquement discuté au cas par cas, en Assemblée qui statuera sur les demandes.

    4. Remboursement du matériel avancé par des responsables d'ateliers

    5. Rémunération des responsables d'ateliers ayant animé des ateliers déficitaires.

     

    Adhésion

    Il existe une adhésion spécifique à la section le lieu culturel. Ce montant est à prix libre. Les adhérent-e-s à cette section sont comptabilisé-e-s dans les adhérent-e-s de Rions de Soleil.

    Une adhésion signifie adhérer à la charte et au présent règlement, inscrire son nom, prénom et mail sur le cahier laissé à l'entrée du lieu et verser un prix libre.

     

    Aspect matériel et logistique

     

    La commission logistique veille à l'application du fonctionnement suivant :

     

    Toute personne entrant dans le lieu s'engage à respecter le matériel et les locaux.

    Le prêt de matériel ou des locaux est possible après accord de l'Assemblée et signature d'une convention rédigée par la commission logistique.

     

    Procédure pour l'organisation d'événements/ateliers

     

    Toute personne souhaitant organiser un événement ou atelier s'adresse à la commission planning et vient faire sa proposition à l'Assemblée.

     

    Tout atelier ayant déjà eu lieu peut être renouvelé sans l'accord de l'Assemblée mais avec l'accord de la commission planning.

     

    Sous location et événements extérieurs

     

     

    Distinction entre événement public et privé (exclusif).

     

    Événement public

     

    Tout événement est considéré comme public lorsque qu’il est organisé par un des membres du collectif et à destination du lieu, à prix libre et ouvert à tous les adhérents. Son fonctionnement est acté par l’assemblée après une présentation et par les signatures de la charte et du règlement.

     

    Évènement privé (exclusif) :

     

    Tout évènement est considéré privé lorsqu’il est organisé ou non par un membre du collectif et à destination d’un usage privé, à prix libre et non ouvert aux adhérents.

    Dans ce cas, il est demandé

    * De présenter une demande auprès de l’assemblée. Dans ce cas, le renouvellement de cet événement n’est pas automatique et la demande est présentée en assemblée à chaque fois.

    * Une transparence financière sur le coût de l’événement, le tarif de l’évènement, , les sous récoltés et la participation libre versée au Lieu

    * D’adhérer au présent règlement et la charte

    * Qu’un adhérent du Lieu puisse toujours accéder et voir se dérouler l’évènement dans le Lieu pour s’assurer que le règlement intérieur et la Charte sont respectés.

    Continuer
  • lim le sang

    On vous en parlait déjà en septembre dernierLIM est un artiste au CV qui donne le vertige. Présent dans le rap français depuis une vingtaine d'années, il a sorti de nombreux titres - en solo, ou avec son groupe Movez Lang - devenus des classiques du rap français. Mais plus que le prestige, LIM ne souhaite que l'on ne retienne qu'une seule chose de toutes ces expériences : il est là pour apporter quelque chose au rap français et même au-delà.

    Qu'est-ce que ça te fait de tenir ce nouvel album dans tes mains ?

    C'est la continuité de la vie. C'est un petit bébé qui vient d'arriver. Ça fait toujours plaisir.

    Et quand tu la regardes cette pochette, tu te dis quoi ?

    Je me dis le sang  (rires) comme ce qui est écrit. Tout simplement.

    Ce mot le sang , on l'entend souvent dans le rap.

    Continuer
  • Comment l’incarcération de Meek Mill a ranimé l’activisme de Jay-Z

    Si Jay-Z a pu être derrière les succès plus ou moins important de StanceJetSmarterDevialet ou encore Uber via la société Roc Nation qu’il fonde en 2008, son dernier investissement en date relève d’une cause bien plus noble que l’enrichissement passif. Avec Promise, Hova souhaite garantir à des millions d’Américains la « liberté et la justice pour tous »

    En novembre dernier, le rappeur new-yorkais profitait d’une tribune dans le New-York Times pour faire entendre sa colère au sujet de l’incarcération abusive à laquelle Meek Mill faisait, une nouvelle fois, face. Selon lui, le sytème juridique américain « piège et harcèle des centaines de milliers de jeunes noirs tous les jours », surtout le système probatoire, qui au lieu d’être une seconde chance n’est finalement « qu’un champ de mines, où n’importe quel faux pas amènent des conséquences encore plus lourdes que le crime commis ». D’abord outré par la décision du juge de condamner son homologue philadelphien à 4 ans d’emprisonnement, Jay-Z étend le débat autour d’un problème nettement plus large et profondément enraciné dans la culture du pays : la condition et le traitement réservés aux Noirs face à la prison. « En 2015, sur 4,65 millions d’Américains étant en liberté conditionnelle ou liberté provisoire, plus d’un million et demi étaient Noirs. Ces dernières sont envoyées en prison pour violation de leur liberté conditionnelle à un degré beaucoup plus fort que les personnes blanches. » Pour Jay-Z le constat est clair, les Etats-Unis pourraient littéralement « fermer des prisons si on traitait les gens en probation ou libérés sur parole plus équitablement ».

    17carterWeb-superJumbo

    Éteint à ce sujet depuis plusieurs mois, ce n’était finalement que pour mieux se préparer à l’affrontement. Annoncé comme l’un des principaux investisseurs de l’application Promise, initiée par Diana Frappier et Phaedra Ellis-Lamkins, l’ancienne activiste et manageuse de Prince, Jay-Z tend à aider pour que les choses changent enfin. Le projet est simple mais fondamental : pendant la période précédant le jugement, l’application assiste les individus qui ne peuvent pas payer de caution. Avec Promise sur son téléphone, chacun reçoit un calendrier des obligations auxquelles il doit se soumettre, à savoir les passages à la cour ou les dépistages, ainsi que des rappels adaptés pour les aider à bien prendre en compte ces obligations. De plus, l’application donne des coordonnées et des références à partir des besoins individuels, comme des formations professionnelles, de l’aide au logement, des conseils ou une assistance. Si les moyens précis utilisés par Promise pour atteindre ces objectifs sont pour l’instant encore flous, le récent apport financier de Jay-Z risque de balayer tous les doutes possibles quant à son fonctionnement. Dans un communiqué officiel, il ajoute à son tour que « de l’argent, du temps et des vies sont gâchés avec les politiques actuelles » et « qu’il est temps qu’une technologique innovante et progressive offre des solutions durables à de gros problèmes ».

    Ce n’est pas la première fois que des citoyens se lèvent contre les injustices passives et discrètes orchestrées par la justice américaine lorsqu’il s’agit de personnes noires. Dernièrement le gouverneur de Pennsylvanie Tom Wolf était lui aussi monté au créneau suite à l’incarcération de Meek Mill : « Notre système juridique et carcéral a besoin d’être réparé. C’est pourquoi mon administration a fait l’effort d’investir dans des programmes qui détournent les individus du système, améliorent la sécurité publique et promeuvent la justice. » Il faut dire qu’outre-Atlantique, les prisons sont surchargées. La criminalité dans certaines villes, comme Chicago par exemple, ne cesse d’augmenter année après année et le gouvernement américain ne semble toujours pas enclin à trouver de solutions efficaces. De là surgit l’ironie de la situation, car si les politiques se trouvent être dans l’incapacité de résoudre les situations dont ils doivent assurer la bienséance, il semblerait au contraire que les rappeurs, alors mêmes qu’ils sont les cibles habituelles du système, tendent à se creuser la tête pour faire le travail à leur place. Sans doute car, eux, ont été confronté à la réalité de la prison d’une manière ou d’une autre. Cette situation n’est d’ailleurs pas étrangère à Jay-Z.  Quelques semaines avant que son quatrième album Vol.3… Life and Times of S. Carter ne sorte officiellement, il avait lui-même été au centre d’une affaire d’agression au second degré. Libéré après avoir payé 50.000 dollars de caution, il risquait pas moins de quinze ans de prison ferme. Clamant son innocence, il souhaitait se défendre devant le juge sans accepter aucune éventualité d’accord, avant de finalement retourner sa veste et plaider coupable de peur d’un procès tendu et difficile de par la gigantesque médiatisation qui en découlerait. Sans oublier qu’aux Etats-Unis, si l’on demande un procès et que l’on est jugé coupable, la peine en amont n’en devient que plus sévère.

    « Notre système juridique et carcéral a besoin d’être réparé »

    Peut-être que cette expérience l’a convaincu très tôt du traitement ardue auquel font face pléthore d’américains. S’il a pu payer sa caution sans problème c’est aussi qu’il profitait d’une nouvelle richesse au travers du succès de ses trois derniers albums, ce qui n’est malheureusement pas le cas pour tous les jeunes qui se retrouvent devant la justice, d’autant plus s’ils sont Noirs. En réalité, le récent activisme de Jay-Z au sujet de l’incarcération de Meek Mill n’est qu’un écho du passé. À l’automne 2016, il s’était déjà levé contre les injustices désastreuses du système carcéral américain, ces mêmes injustices qui avaient causé la mort du jeune et tristement célèbre Kalief Browder dont l’histoire est invraisemblable. Retour en 2010, Kalief rentre chez lui accompagné d’un de ses amis. Sur la route, deux policiers les arrêtent. Un homme a signalé aux autorités que deux jeunes viennent de lui voler son sac. En vérité, il s’agit du sac de son frère. Pour régler la situation, le premier homme ment aux autorités et accuse Kalief et son ami comme les auteurs des faits. Fouillés sans raison, ils sont ensuite emmenés au poste de police. À son arrivée devant le juge, Kalief plaide non-coupable, mais il n’y a pas de témoin. Ce qui semble être la chose logique à faire quand on est innocent se révèle être une bombe à retardement ; le prix de la caution monte de 3.000 à 10.000 dollars, le piège se referme.

    Dans l’incapacité naturelle de payer une somme aussi exorbitante, la mère de Kalief voit son fils partir à Rikers Island pour une durée de trois ans. Tout ça pour un crime, on le rappelle, qu’il n’a pas commis. Le monde de Rikers Island est un environnement violent, où les nouveaux arrivants ne se font une place que s’ils sont affiliés aux gangs locaux ; ce n’est pas le cas du jeune Browder qui se retrouve être le souffre-douleur des détenus et des gardes, tout aussi brutaux. Les échanges avec la justice ne changent rien. Les juges cherchent inlassablement à contacter celui qui a déposé la plainte sans jamais le trouver. Alors Kalief est condamné à purger sa peine, coupable malgré lui. Trente et une auditions plus tard, il est libéré en juin 2013, et alors même que ceux qui le côtoyaient regagnaient espoir et qu’il annonçait lui-même vouloir reprendre ses études, sa mère le retrouve pendu dans leur jardin. Juin 2015. Les Etats-Unis n’en reviennent pas, Barack Obama, encore président de la république, promet de changer les choses mais la fin du mandat est proche. Jay-Z est révolté, naturellement ému et profondément en colère. Il contacte donc la Weinstein Company et propose à son dirigeant Harvey, alors loin du tourbillon médiatique actuel, l’idée d’écrire et réaliser une série documentaire sur ce qu’a vécu Kalief Browder. L’Amérique n’oubliera pas, elle n’en a pas le droit. Producteur exécutif, Jay-Z passe de la révolte à l’activisme et honore la mémoire de Kalief en brandissant son histoire comme une tragédie, la prophétisant pour qu’elle puisse servir d’électro-choc. La série est aujourd’hui toujours disponible, offrant au défunt Browder une postérité nécessaire et à l’image du combat qu’il a lui-même mené pendant les deux ans qui séparent sa sortie de prison de son triste suicide. Un combat contre le système carcéral dont il a été victime, contre cette Amérique qui promet monts et merveilles, une égalité de chances et la liberté pour tous, mais qui enferment constamment sa population dans un modèle de justice qui se métamorphose en fonction des classes sociales.

    Nous sommes en 2018 et les lois restent inflexibles. Le système judiciaire et carcéral des Etats-Unis piège encore et toujours des dizaines de milliers de jeunes au travers d’un racisme institutionnel maquillé. Avec la récente incarcération abusive de Meek Mill, Jay-Z montre au système qu’il ne compte pas se décourager aussi aisément. Avec son investissement sur le projet Promise, il revient à la charge et semble être éternellement prêt à ce que les choses changent pour le mieux. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que l’application devienne l’assistance indispensable à laquelle ses fondateurs aspirent pour toutes celles et ceux en difficulté quotidiennement. Et qui sait, sans doute même qu’elle sera le point de départ d’un nouveau système de probation adapté, plus juste, plus équitable et plus égalitaire, afin d’empêcher que des dizaines de milliers d’individus se retrouvent dans la même situation que Meek Mill depuis bientôt dix ans : lâchés dehors, emprisonnés de ses propres mouvements, dans l’incapacité de vivre décemment, sous l’oeil attentif des autorités locales qui attendent le moindre faux-pas pour agir. https://www.youtube.com/watch?time_continue=12&v=xYgP2s_TZzg 

    Continuer