Rap2vrai
Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

Zilla

De Disiz, Diam's, Sinik et Ol Kainry à PNL ou Niska, l'Essonne a toujours eu une place un peu étrange dans le rap français, entre respect des artistes voisins et absence de reconnaissance du public. A l’heure où la nouvelle génération prend ses marques, retour sur le cas d'un département pas comme les autres.

En Ile-de-France, pratiquement chaque département a eu son groupe historique, en général considéré comme des pionniers à différentes échelles : Expression Direkt pour les Yvelines, Les Sages Poètes de la rue dans les Hauts-de-Seine, et bien sûr NTM pour la Seine-Saint-Denis, EJM puis la Mafia K’1fry dans le Val de Marne, Le Ministère A.M.E.R pour le Val d’Oise, etc. L’Essonne est souvent, à tort, considéré comme en retard ou pire, carrément absent des premiers pas du rap français. Pourtant, ce n’est pas parce que les groupes historiques n’ont pas connu une exposition comparable aux autres qu’ils n’existaient pas. Durant cette première période, on peut quand même noter l’émergence, discrète certes, des Grignois de Code 147Respectés et reconnus, ils comptent d’ailleurs quelques combinaisons avec des têtes d’affiche voisines, mais cela ne suffira pas à leur faire dépasser une notoriété locale.Elle se différencie des autres artiste  

Ajouter un commentaire

Articles Connexes

RSS